Auba accepts blame for Arsenal exit: ‘I feel very, very bad’

Arsenal captain Pierre-Emerick Aubameyang insists he is not making excuses after he missed a gilt-edged chance in the final seconds of their 2-1 defeat to Olympiacos on Thursday.

The Greek side scored in the 119th minute to give them the edge on away goals, and with so little time remaining it appeared to be a done deal.

But Arsenal had one more chance to go through to the last 16 as the ball fell invitingly for Aubameyang, whose spectacular overhead kick had been the cause for such celebration just a few minutes previously, but remarkably he pulled the ball wide of the post.

Asked how he would sum up the final minutes, Aubameyang told BT Sport: “I don’t even know. I feel very, very bad.

“This can happen. I don’t know how I missed this chance.

“I was tired and I had some cramps as well, but it is not an excuse. I have to score this goal, but it can happen.

“What can I say? It’s very, very hard, very tough. It was a tough game again.

“I think we missed putting some pace in the game … that cost us a little bit. Then the last minute goal was unlucky for us. That’s it.

“We try to keep improving in the league and we’ll try to win as many games as possible, and we’ll see how many chances we have to qualify.”

 

For some bizarre reason, the F365 Show still hasn’t been cancelled. So we’ll be back every Thursday with moreirreverent nonsense intriguing insight. Subscribe here.

 

Scholes reveals what shocked him about Man Utd buying Fernandes

Paul Scholes was surprised that no other clubs came in for Bruno Fernandes in the January transfer window after the Portuguese midfielder’s impressive start to life at Old Trafford.

The 25-year-old has two goals and two assists in his opening five matches for Man Utd with his latest goal coming in the Red Devils’ 5-0 victory over Club Brugge on Thursday night.

And Scholes has been so impressed by Man Utd’s new signing that he has compared him to Manchester City midfielder Kevin de Bruyne.

OPINION: Man Utd turning corners with Bruno Fernandes at the wheel

“Everything so far,” Scholes said when asked what has impressed him about Fernandes so far.

 

“Creativity as we said. Awareness on the pitch. Before the ball comes he knows what’s happening. He’s sensational.  More often than not he makes the right pass.

“He’s got goals in him. you just wonder why nobody else came in for him or why we didn’t get him in the summer.

“We say is he a no10 or no8 and when I I think of him the only other player I can think of is Kevin De Bruyne at Manchester City.

“He [De Bruyne] is the best player in the Premier League but Fernandes is right up there.”

 

For some bizarre reason, the F365 Show still hasn’t been cancelled. So we’ll be back every Thursday with more irreverent nonsense intriguing insight. Subscribe here.

Click Here: cheap wests tigers jersey

Salma Hayek à la tribune des Nations Unies

Elle est l’ambassadrice de la fondation Avon, la marque de cosmétiques, qui organisait, jeudi, ses deuxièmes Avon Communication Awards, à New York, au siège de l’ONU. Salma Hayek y a prononcé un très beau discours pour dénoncer les violences subies au quotidien par les femmes.

La cause lui tient particulièrement à coeur: «J’étais encore au Mexique quand j’ai été confrontée au problème pour la première fois. Au cours d’une promenade en famille, nous sommes tombés sur cet homme qui battait sa femme. Mon père est intervenu. Je me souviens m’être dit ‘Oh mon Dieu, mon père est un héros’. Puis la femme s’est retournée contre mon père et s’est mise à le frapper. Après ça, j’ai été intriguée par ce qui pousse une femme à rester dans une relation abusive».

Elle était l’invitée de marque, toute de noir vêtue de la marque de cosmétique Avon, engagée contre le cancer du sein et la violence domestique. Et c’est un discours poignant qu’a livré, la voix nouée, l’actrice mexicaine de 46 ans à la tribune des Nations Unies. Elle y a rappelé que les hommes sont les premiers concernés.

Click Here: cheap warriors rugby jersey

«C’est important d’être ici aujourd’hui et de se battre pour cette cause car vous avez besoin de soutien, pas seulement aujourd’hui, mais tous les jours. On a particulièrement besoin des hommes». Salma Hayek a également lancé un appel aux leaders du monde entier pour éduquer les femmes à ces thématiques : «Tous les pays du monde n’ont pas de problème à nourrir leur population, mais tous en ont un avec la violence domestique».

Celle qui campait une femme à la tête d’un cartel de drogue dans Savages d’Oliver Stones a profité de l’évènement pour soutenir la nouvelle campagne de promotion de la marque Avon : la commercialisation d’un collier dont les bénéfices seront reversés à des associations de lutte contre les violences faites aux femmes.

L’épouse de François-Henri Pinault s’est engagée en faveur de la cause féminine en 2004, persuadée qu’elle pouvait jouer un rôle important: «Peut-être que c’est à notre génération de faire en sorte que ça change», ou celle de sa fille, Valentina, 5 ans, pour qui l’engagement de sa maman devrait être un modèle. Salma Hayek s’est également associée à la campagne Chime for Change de Gucci aux côtés de Beyoncé Knowles.

Mystère autour de la mort d’Olivier Metzner

Alors que l’on vient d’apprendre la disparition de l’avocat au barreau de Paris, Olivier Metnzer, et que les hommages se multiplient, les enquêteurs chargés de l’affaire s’interrogent sur les circonstances obscures de sa mort.

L’annonce de sa mort secoue depuis ce matin juristes et non juristes. Retrouvé en mer ce matin, au large de son île privée du golfe du Morbihan, Olivier Metzner est mort, à l’age de 63 ans, de ce qui semblerait être un suicide. L’avocat pénaliste a, comme l’a confirmé sa famille, laissé chez lui une note expliquant qu’il comptait mettre fin à ses jours, avant de vraisemblablement partir en mer, où il s’est donné la mort.

Grande figure du barreau de Paris, il a notamment défendu Jérôme Kerviel, après son renvoi de la Société Générale, mais aussi Dominique De Villepin lors de l’affaire Clearstream. Éminent stratège et gros travailleur, il était un adversaire redoutable pour ses confrères. Tous se souviennent à côté de ses batailles juridiques de l’homme qu’était Metzner. Un personnage des tribunaux, que l’on reconnaît à sa voix et à son ton, aux cigares qu’il allumait souvent, et aux lunettes portées sur le bout de son nez.

Click Here: cheap warriors rugby jersey

C’est pour cela que ses égaux ont souhaité s’exprimer dans la presse de ce dimanche sur le drame de sa mort. «J’avais une admiration intellectuelle pour lui, mais ça ne m’empêchait pas de croire, à tort apparemment, que peut-être il pouvait manquer de coeur et de sensibilité» a déclaré George Kiejman au micro d’Europe 1. Et d’ajouter: «Tout à coup, les conditions de sa mort me permettent de réexaminer tout ça et de voir qu’ Olivier Metzner avait lui aussi ses fragilités». Le bâtonnier du barreau de Paris, Christiane Féral-Schuhl, parle d’un «des plus grands spécialistes de la procédure pénale» alors qu’Emmanuel Marsigny pleure «l’un des meilleurs pour défendre les autres mais n’a pas su se défendre de lui-même».

Maître Metzner s’était offert en 2010, une île au large des côtes bretonnes, l’île de Boëdic: «un endroit magnifique, remarquable» selon son propre aveu. Aujourd’hui, alors que les gendarmes, les pompiers, les médecins légistes et les magistrats se trouvent sur les lieux pour trouver une piste, le mystère est entier. Les journalistes, de leur côté ont mis la main sur quelques déclarations de la victime, vieilles de quelques mois. En novembre il avait lancé: «J’ai un autre projet qui m’intéresse plus, je suis un homme de projets», à l’AFP. Dans une autre interview, donnée au Figaro il avait ajouté: «J’ai un autre projet, je vais encore plus retrouver la mer». Une révélation qui résonne à présent comme un bruit sourd venant d’outre tombe.

Rama Yade, une grossesse engagée

Bien qu’enceinte, Rama Yade n’en oublie pas ses engagements politiques. Mardi, elle débattait de la réforme de l’éducation dans un café parisien.

Pour Rama Yade, enceinte de quelques mois, le mouvement est perpétuel. Avec l’UDI, elle ne s’accorde aucun repos. Entre carrière politique et vie de femme, elle a fait le choix de ne pas trancher et poursuit donc ses objectifs.

Mardi après-midi dans un café du 13e arrondissement de Paris, la collaboratrice de Jean-Louis Borloo a pris les rênes d’un débat enlevé au sujet de la réforme de l’éducation, engagée par le PS. Un thème auquel tient particulièrement celle qui sera bientôt maman pour la première fois. Dans quel cadre cet enfant suivra-t-il sa scolarité? Une question qui taraude forcément la femme politique autant que la mère.

Lors de ce café politique, Rama Yade n’a pas voulu faire de sa grossesse le sujet du débat. Mais impossible pour ses interlocutrices de passer a côté du ventre arrondi de la conseillère régionale d’Île-de-France. Elles ont simplement attendu la fin du débat, quand la jolie maman a mis son manteau sur les épaules, pour la féliciter de cet heureux évènement.

Carla et Nicolas: un couple deux humeurs.

En promo, l’artiste est apparue bouleversée par l’épreuve judiciaire que traverse son époux. Ce dernier est apparu très détendu lors d’une remise de décoration à Bruxelles.

Carla Bruni a eu du mal à retenir ses sanglots. A l’occasion de son interview au Parisien ou sur l’antenne de RTL, ce mercredi, l’ex mannequin ne s’est pas défilée et a accepté d’évoquer la mise en examen de son mari dans l’affaire Bettencourt. « Une épreuve très douloureuse», a-t-elle précisé émue, alors qu’elle vient d’entamer une série d’entretiens destinés à promouvoir son nouvel album, «Little french songs» (Barclay), qui sort le 1er avril. Une promotion perturbée par les déboires judiciaires de son époux, alors que l’ex première dame-qui sera sur le plateau du Grand Journal de Canal + le 3 avril- plaide pour que cesse le mélange des genres.

A quelques centaines de kilomètres de là, le même jour, Nicolas Sarkozy a préféré afficher sa bonne humeur à Bruxelles, lors de la remise de la Légion d’honneur à Didier Reynders, le ministre des Affaires étrangères belge. «Je n’ai pas vocation à m’installer, je suis juste de passage… Je repartirai ce soir», a-t-il glissé en préambule de cette remise de décoration, organisée dans les salons d’honneur du Palais d’Egmont. Un clin d’œil aux velléités d’exil de l’un de ses ex soutiens de la campagne de 2012 Gérard Depardieu. Un moyen aussi de montrer que son humour est intact…comme sa volonté d’en découdre.

Beyoncé, Ben Affleck, Madonna… pourquoi ils défendent le mariage gay

Alors que cette semaine s’est ouvert un débat historique sur le mariage homosexuel aux Etats-Unis, les stars prennent d’assaut les réseaux sociaux, pour sensibiliser les citoyens. Pour abroger la loi fédérale de Défense du mariage, Beyoncé, Ben Affleck ou encore Madonna ont partagé leurs humeurs sur la Toile.

Vous les avez certainement vus sur les réseaux sociaux au cours de la semaine dernière: les logos pro mariage gay (un signe égal rose sur fond rouge) ont été partagés par nos contacts outre-Atlantique pour faire campagne aux Etats-Unis. Leur but: faire abroger un texte vieux de 17 ans – appelé loi fédérale de Défense du mariage – qui garantit au niveau fédéral que seuls les mariages entre un homme et une femme soient reconnus. Depuis jeudi, la Cour suprême a ouvert un débat historique sur le mariage des couples de même sexe.

Et, alors que dimanche dernier en France, les membres de la «manif pour tous» défilaient une nouvelle fois dans les rues de Paris, aux States, l’heure était à la sensibilisation et au dialogue. Certaines célébrités américaines se sont mobilisées avec entre autres: Beyoncé, Ben Affleck, Madonna, Ricky Martin, ou encore Cyndi Lauper pour appuyer le discours du président Obama: «Les couples de même sexe devraient avoir le droit de se marier».

L’interprète de Girls just wanna have fun, Cyndi Lauper, a évoqué un «grand jour pour l’égalité» et «croise les doigts» pour que le débat soit conclu par une avancée pour l’égalité. «Egalité pour le mariage: commençons une révolution!» a décrété Madonna sur Instagram. Beyoncé avait choisi pour sa part de militer en chanson. Reprenant son hymne Single Ladies, la diva a lancé un slogan: «If you like it then you should be able to put a ring on it» (Si tu l’aime tu dois pouvoir mettre une bague à son doigt). Sur Twitter, on pouvait aussi lire Ellen DeGeneres, présentatrice d’un des talk shows les plus vus aux Etats-Unis. En couple avec l’actrice Portia de Rossi depuis des années, elle est une fervente militante pour les droits des homosexuels. Elle a d’ailleurs écrit: «Aujourd’hui, je pense à la Cour Suprême. J’espère qu’ils se souviendront de ce qui fait que notre pays est grand, et qu’ils soutiendront l’égalité ».

Click Here: nrl shops

Pour renforcer ce collectif: Seth MacFarlane, le présentateur des Oscars et réalisateur de Ted a invité la Cour Suprême à «cesser d’agir en lâche». Et d’ajouter, taquin: «Le moment est venu pour un large pouvoir de faire un saut dans le 20ème siècle—Sincèrement, le 21ème siècle».

Et cette envie de changement aux USA va au-delà des clivages habituels entre démocrates et républicains. C’est ainsi que Clint Eastwood, fervent républicain et partisan du candidat Mitt Romney aux dernières élections s’est prononcé en faveur de l’abrogation du texte de défense du mariage. La décision reste encore entre les mains des 9 juges de la Cour Suprême, et devrait être rendue au mois de juin. Actuellement, le pays compte 9 Etats sur 50 où le mariage gay est légal et plus de la moitié des Américains se prononcent déjà en faveur d’une réforme.

Quand Jacques Higelin faisait faire l’école buissonnière à Izia

Du haut de ses 72 ans, Jacques Higelin continue sa longue et prolixe carrière en sortant lundi un nouvel album, Beau repaire, et en se lançant dans une nouvelle tournée. Il profite de la promotion pour parler de sa fille Izia, nouvelle pépite de la chanson et du cinéma en France, qui n’a jamais douté du chemin artistique qu’elle allait prendre.

A 22 ans, Izia Higelin a déjà sorti deux albums, reçu une Victoire de la musique, fait ses premiers pas d’actrice, et remporté un César du meilleur espoir… Un talent brut, une boule d’énergie, une insolente beauté. Bref, la fille de Jacques Higelin a tout pour elle et fait la fierté de son papa comme il l’exprime au moment de faire sa propre promotion et celle de l’album Beau repaire qui sort aujourd’hui.

Pour Jacques Higelin, tout ce qui arrive à Izia, le succès, les récompenses, «elle le mérite vraiment, je suis fier». Dans un entretien accordé au Parisien, il raconte: «C’était une évidence qu’elle serait artiste. Gamine, elle chantait, me regardait jouer, inventait plein d’histoires. On s’est élevés ensemble». Le chanteur de Tomber du ciel glisse alors une anecdote sur le lien qui l’unit à sa fille et la manière qu’il a eue de l’éduquer. «On faisait l’école buissonnière. Je l’emmenais en classe et sur le chemin je lui disais: ‘T’es déjà allée sur la Tour Eiffel? Ou au Sacré-Coeur? Tu as déjà mangé des escargots?’ Et on partait, on n’allait pas à l’école».

Des moments privilégiés entre un père et sa fille, l’occasion pour papa Jacques de transmettre son état d’esprit. «Je m’étonnais de tout, et mes enfants sont comme ça. Ils sont toujours à l’affût» explique-t-il avant de préciser: «Je n’ai jamais passé un coup de fil pour les pistonner. Ils ne doivent leur succès qu’à eux-mêmes. Les seuls appels, c’était pour les couvrir quand ils séchaient l’école». Et ça n’en a pas fait une mauvaise fille.

Click Here: cheap kanken backpack

Serge-Gainsbourg, tout le monde descend!

Il y a cinquante-cinq ans, il se faisait connaître, tremblant et apprêté, en entonnant « Le poinçonneur des Lilas ». Pour avoir rendu célèbre cette banlieue à l’Est de Paris, Serge Gainsbourg donnera bientôt son nom à la première station du prolongement de la ligne 11 du métro. Ne lui déplaise…

Le poinçonneur des Lilas, « le gars qu’on croise et qu’on ne regarde pas », aura bientôt sa propre station de métro! La mairie des Lilas, en Seine-Saint-Denis, vient d’annoncer que la première des six nouvelles stations de la ligne 11 du métro porterait le nom du chanteur Serge Gainsbourg. Selon nos confrères du Parisien, le maire de la ville, Daniel Guiraud, a obtenu l’accord de l’ayant droit du grand Serge, Jane Birkin. Et rappelle en outre qu’il a eu cette idée avant même que Paris n’inaugure «en 2010 le jardin Serge-Gainsbourg, un petit parc situé sur la porte des Lilas». Plus qu’un clin d’œil à sa chanson, c’est un honneur rare qui est fait à l’artiste, décédé il y a tout juste vingt deux ans.

Click Here: cheap all stars rugby jersey

Sur la ligne 5, du côté de Bobigny, Pablo Picasso et Raymond Queneau – sans doute grâce à son Zazie dans le métro!- sont les seuls artistes à avoir, eux aussi, eu droit à leur stations.

Les travaux de prolongement de la ligne 11 devraient débuter en 2014 et s’achever en 2019, vingt-huit ans après la disparition de l’interprète de la Javanaise. La ville envisagerait également d’ériger une statue de Serge Gainsbourg, en bronze, sur la voie publique.

Après la rue de Verneuil – dans le 6e arrondissement parisien, où a vécu la star – , les fans auront bientôt un nouveau lieu de pèlerinage. Et pourront s’y rendre… en métro!

Jennifer Aniston dément tout retour de Friends

Vieux serpent de mer depuis sa disparition en 2004, le retour de Friends semblait acquis cette semaine. Une folle rumeur annonçait en effet les retrouvailles des amis de toujours. Mais jeudi, Jennifer Aniston a douché l’enthousiasme général: Friends, c’est bel et bien fini.

Quelle meilleure porte-parole que Jennifer Aniston pouvait s’exprimer sur Friends et l’annonce de son retour? Jeudi, c’est l’actrice de la série qui a peut-être le mieux réussi sa reconversion, ou du moins qui est la plus en vue, qui a est allée répondre sur le plateau de l’émission d’Ellen de DeGeneres. En milieu de semaine, la nouvelle du retour de Friends, considéré comme acquis bien qu’invérifiable, a fait l’effet d’une bombe et s’est propagée auprès de tous les fans de Friends à travers le monde.

La joie aura été de courte durée. Deux jours après, Jennifer Aniston, dont a découvert le goût pour les ventouses, dément toutes retrouvailles, à la télé ou au cinéma, entre Rachel, Ross, Monica, Joey, Chandler et Phoebe. Ellen DeGeneres, que l’actrice connaît bien, l’avait pourtant mise en confiance, tentant même le bluff pour amener son invitée à se livrer. «Je t’ai tellement aidé! Franchement, je ne sais pas ce que tu ferais sans moi. C’est grâce à moi que la réunion Friends va avoir lieu… n’est-ce pas?» lance l’animatrice à une Jennifer Aniston hilare, mais pas dupe.

Devant l’instance du public, celle-ci ne pouvait alors que répondre. Malheureusement, Friends ne reviendra pas. Et quand on écoute ses explications, on comprend mieux pourquoi et surtout on se dit que cela n’arrivera jamais. L’actrice a ainsi confié à Ellen DeGeneres: «Je vais clarifier la situation: non, ça n’arrivera pas! Friends, c’était l’occasion de parler d’une période de la vie où nos amis sont notre famille, et que lorsqu’on a cette famille, on n’a besoin de rien d’autre…».

Une explication qui résonne comme une description de sa propre vie. Jennifer Aniston est actuellement en train de se construire une autre famille, celle de l’amour, avec Justin Theroux, qu’elle va épouser (à moins que cela ne soit déjà fait) et, on l’espère pour eux, des enfants. Pas de place pour des Friends, aussi célèbres soient-ils, dans cette nouvelle vie.

Click Here: Cheap France Rugby Jersey