Danny Laferrière: premiers pas d’Immortel

Une petite révolution s’opère aujourd’hui sous la Coupole de l’Académie française. Pour la première fois depuis son existence, l’institution intronise un auteur originaire d’Haïti.

Il siègera dans le fauteuil numéro 2. Celui de Montesquieu. Ce jeudi 28 mai, Windsor Klébert Laferrière, plus connu sous le nom de Dany Laferrière, fera ses premiers pas sous la Coupole de l’Académie française. Pour l’occasion il portera la traditionnelle tenue verte, spécialement confectionnée au Canada en son honneur. Un costume qui a nécessité près de 650 heures de travail selon Ici Radio Canada. Une application méritée. Après tout, ce n’est pas tous les jours qu’un Haïtien intègre le cercle très fermé des immortels. A vrai dire, c’est même la première fois.

Né à Haïti, réfugié à l’âge de 23 ans à Montréal pour fuir les atrocités perpétrées sur sa terre natale par les Tontons macoutes, Dany Laferrière a été élu à l’Académie française en décembre 2013. Une candidature poussée par Hélène Carrère d’Encausse et Jean d’Ormesson qui avoue avoir eu « un coup de foudre » pour l’écrivain. Mardi soir, l’auteur de L’énigme du retour (prix Medicis 1989) se trouvait dans les salons feutrés de l’hôtel de ville de Paris. Face à 400 invités, il a reçu son épée d’académicien des mains de Jean d’Ormesson. Une lame fabriquée à Haïti, sur laquelle est représentée la divinité vaudou Legba.

Forcément attaché à ses racines, Dany Laferrière se compare volontiers aux « peintres haïtiens, capables de peindre des paysages colorés quand tout est désolation autour d’eux ». Pourtant, concernant son rôle au sein de l’Académie, l’auteur explique à France Culture ne pas se présenter comme « le défenseur d’une langue, d’une région, d’une manière d’être. »Selon lui en effet, « la langue est à tout le monde ». Lui qui a un temps travaillé dans les usines de Montréal avant de publier son premier roman, Comment faire l’amour avec un nègre sans se fatiguer (1985), dit aujourd’hui vouloir participer pleinement aux travaux de ses nouveaux confrères, et ce, « jusqu’à la fin! ».

Crédits photos : Abaca

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *